L’histoire s’est passée à Londres en Angleterre. A la 42e minute du quart de finale de la Cup entre Tottenham et Bolton. Fabrice Muamba s’effondre, inconscient, sur la pelouse de White Hart Lane, à Londres. Victime d’un arrêt cardiaque long de 78 minutes, le joueur de Bolton est mort.

Pourtant, défiant les lois de la nature, le jeune homme ouvre les yeux quelques jours plus tard. Trois ans après le drame, il témoigne.« Je suis mort ». Toujours installé à Wimslow, petite ville située à quelques dizaines de kilomètres de Manchester, Fabrice Muamba (26 ans) va bien.

À la fois timide, calme et posé, il pose un regard lucide sur ce qu’il appelle un miracle. Ce qui s’est passé ce jour-là, c’est une « fibrillation ventriculaire, un dérèglement incontrôlé du rythme cardiaque correspondant à l’accélération rapide, désorganisée et inefficace des ventricules du coeur« .

Rapidement, les équipes médicales interviennent. Entre le stade et le London Chest Hospital, il reçoit 15 chocs de défibrillateurs. Durant 78 minutes, Fabrice Muamba est mort. Avant que son coeur ne se remette à battre. A travers ce récit peut-on croire qu’il est possible de mourir et revenir à la vie ?

LAISSER UN COMMENTAIRE