LIGA – Dimanche soir, le Real Madrid s’est imposé 3-2 à Villarreal dans un match marqué par une polémique arbitrale concernant un penalty accordé à la Maison Blanche. Pour avoir dénoncé un arbitrage pro-Real sur Twitter, le Barcelonais Gerard Piqué devra s’expliquer devant le Comité de Compétition de la fédération espagnole.

Et une nouvelle polémique arbitrale en Liga, une ! Si vous suivez avec attention le championnat espagnol, vous devez sans doute être habitué à ce genre d’informations. Vainqueur dimanche de Villarreal 3-2 après avoir été mené 2-0, le Real Madrid a égalisé à la 74e minute suite à un penalty litigieux. A l’origine de l’action, une frappe de Toni Kroos que le défenseur amarillo Víctor Ruiz a contré. Le ballon a ensuite heurté la main de son capitaine Bruno, situé à quelques mètres de lui. Pour Gil Manzano, l’arbitre de la rencontre, ce dernier avait le temps d’enlever son bras et a donc désigné le point de penalty.

Le penalty de la discorde

Une décision contestable et contestée par les joueurs de Villarreal qui a en tout cas permis à Cristiano Ronaldo d’égaliser, avant qu’Alvaro Morata ne se mue en sauveur en offrant les trois points à son équipe en fin de match. Un succès qui a permis au Real Madrid de repasser devant le FC Barcelone en tête de la Liga, avec un point de plus et un match en retard à disputer (face au Celta Vigo).

Le penalty de la discorde

Le tweet polémique de Piqué

Mais après la rencontre, deux polémiques ont éclaté. La première suite à un tweet de Gerard Piqué, qui a dénoncé sur son réseau social préféré un arbitrage pro-Real Madrid, photo de quatre actions litigieuses de cette saison à l’appui : deux du Barça face à Malaga et Villarreal et deux du Real Madrid face aux mêmes adversaires, dont le fameux penalty litigieux de Bruno. Via quatre captures d’écran d’articles « issus de la presse de Madrid », pour qu’on ne l’accuse pas d’être de mauvaise foi, Piqué a tenté de démontrer que ces quatre décisions avaient coûté quatre points à son club (qui a fait match nul face aux deux adversaires cités précédemment) et permis au Real Madrid d’en gagner quatre (le Real Madrid s’est imposé par un but d’écart face à ces deux formations) : soit huit au total selon lui.

L’insinuation du président de Villarreal

Autre polémique, celle lancée par le président de Villarreal, Fernando Roig, qui s’est offusqué que l’arbitre du match soit reparti de son stade avec des sacs comprenant des produits dérivés du Real Madrid (pratique courante en Espagne où les arbitres reçoivent des goodies des clubs qu’ils dirigent, avant ou après les matches). « Je ne sais pas ce qu’il y avait dedans (les sacs), mais ce n’est pas bien » a lâché Roig sur les ondes de la Cadena COPE, sous-entendant que ces « cadeaux » aient pu avoir une influence sur les décisions arbitrales. En d’autres termes, que l’arbitre ait été acheté à coup de stylos et de pins du Real Madrid. Une déclaration pour laquelle devra également s’expliquer devant le Comité de Compétition de la RFEF le dirigeant de Villarreal, toujours selon EFE. Une polémique qui s’affiche d’ailleurs ce mardi en Une du journal pro-Real Marca : « On n’achète personne avec un stylo » ironise ainsi le quotidien madrilène.

LAISSER UN COMMENTAIRE