Un total de cinq personnes, dont deux femmes et trois hommes, ont été lundi, fouettés à l’extérieur d’une mosquée dans la province conservatrice d’Aceh en Indonésie, qui adhère à la charia.

Une femme de 34 ans (photo ci-dessus) a été flagellée avec une canne en rotin au moins sept fois pour s’être arretée à proximité d’un homme qui n’est pas son mari. L’homme de 32 ans qui était avec elle a également été flagellé sept fois.

« Ça fait très mal, » dit la femme, citée par l’AFP, levant les bras en l’air.

Deux étudiants universitaires, tous les deux âgés de 19 ans, ont reçu 100 coups de fouet, après avoir avoué avoir des eu rapports s3xuels hors du mariage.

Un homme reconnu coupable de s3xe hors mariage a également été fouetté au moins 22 fois par la personne qui a prononcé la punition, qui était vêtue d’une longue robe et d’un capuchon.

Son partenaire, qui est enceinte de deux mois, attend toujours que son destin soit décidé.

Dans de telles situations, les fonctionnaires de la province ordonnent la flagellation des femmes après leur accouchement.

Bien que l’Indonésie soit officiellement un État laïc, un certain nombre de provinces jouissent d’une grande autonomie par rapport au gouvernement central. Aceh est la seule région à appliquer intégralement la charia islamique, étant donné qu’une loi spéciale a été adoptée en 2001. La stricte application du code islamique signifie que le comportement comme le touché, les étreintes et les baisers entre couples non mariés est interdit. Le sexe g ay, le jeu et l’alcool sont également interdits.

Au mois d’octobre de cette année, au moins deux jeunes femmes ont été publiquement battues pour s’être mises «trop près» de leurs petits amis à Aceh.

Plusieurs couples non mariés dans la province ont également été punis pour avoir été intimes. Un homme a également été flagellé parce qu’il aurait passé du temps avec une femme dans un endroit secret qui, selon les lois, pourrait conduire à l’adultère.

afrikmag.com

LAISSER UN COMMENTAIRE