Une série de revendications vient de secouer la tanière des Lions indomptables. Selon plusieurs médias, l’équipe nationale du Cameroun a connu un moment de tension jeudi dernier dans la matinée. Nos sources indiquaient que les revendications portaient sur le non paiement des primes.

Quelques heures après, c’est Vincent de Paul Atangana le Team press Officer de l’équipe du Cameroun, qui a annoncé le paiement le même jeudi des primes aux joueurs , après plus de 24 heures de négociations,  » Conférence de presse des Lions Indomptables, demain 12h00 au stade de Franceville, au sujet des primes: Les joueurs ont reçu leur argent ce matin », écrit le journaliste Camerounais.

D’après plusieurs sources concordantes, le paiement discriminatoire des primes et le prélèvement des taxes est à l’origine de la grogne. Les lions exigeaient le paiement des primes de qualification et la prime de participation à la CAN 2017.

Aux dernières nouvelles, la sérénité serait revenu au sein de l’effectif. Pour rappel, l’équipe nationale du Cameroun descend ce soir dans l’arène au stade de Franceville face aux Lions de la téranga du Sénégal. Samuel Eto’o, l’ancien lion, a promis aux lions indomptables une prime spéciale au cas où ces derniers arriveraient à l’emporter face au Sénégal. Mais l’ancien attaquant sénégalais El Hadji Diouf se méfie surtout  »des pouvoirs mystiques de l’équipe Camerounaise ». Il estime que c’est un domaine dans lequel  »les Camerounais sont très forts ». Et c’est surtout ce qu’il redoute le plus.

En 2002, les deux sélections s’étaient retrouvées en finale de la Coupe d’Afrique. Une confrontation remportée à l’époque par le Cameroun, au terme d’une séance de tirs aux buts irrespirable. Et c’était Aliou Cissé, capitaine des Lions de la Teranga d’alors, qui avait manqué la dernière tentative des siens et laissé filer la couronne continentale. Mauvais souvenir donc pour l’ancien défenseur du PSG, qui a toutefois reconnu « avoir eu le temps de digérer, quinze ans après avoir perdu cette finale. »

Afrikmag.com

LAISSER UN COMMENTAIRE